Menu
Le processus de production a commencé en France

Le processus de production a commencé en France

Le cycle de production de viande commence en France Dans les zones particulièrement riches en bovins de boucherie avec un fort potentiel productif, comme le Charolais, le Limousin et le Massif Central. Ici, on procède à la sélection des meilleures têtes.
En savoir plus
La Marchesina dispose de 3 500 têtes

La Marchesina dispose de 3 500 têtes

Élevées sur litière ou sur grillage; du personnel sanitaire hautement qualifié contrôle tous les jours chaque tête et des techniciens spécialisés dans l'alimentation animale veillent à la formulation et la préparation des rations alimentaires.
En savoir plus
Production agronomique 550 hectares de terres

Production agronomique 550 hectares de terres

Dans le but de produire les aliments végétaux pour leur propre élevage de bétail. Les bonnes pratiques agricoles, telles que les périodes et procédures de récolte sont effectuées en fonction de la maximisation de la qualité.
En savoir plus
Travailler dans les abattoirs spécialisés

Travailler dans les abattoirs spécialisés

Le traitement et la transformation de la viande ont lieu dans des structures spécialisées et certifiées, adjacentes aux étables de la Marchesina.
En savoir plus
Vente à la grande distribution

Vente à la grande distribution

Au fil des ans, grâce à des accords de filière avec des acteurs importants de la Grande Distribution en Italie (Coop Italia, Conad, Il Gigante, etc.), la Marchesina s'est spécialisée dans le segment des bovins de boucherie de haute qualité.
En savoir plus
Point de vente directe

Point de vente directe

Pour être encore plus proche de ses clients finaux, la Marchesina, avec des partenaires qualifiés, a décidé d'ouvrir son propre point de vente, qui verra le jour dans le courant de l'année 2016.
En savoir plus

La diversification de la Marchesina

La décision d'Agricola Marchesina de diversifier sa principale activité agro-zootechnique, a eu lieu en 2011 et s'intègre dans un processus d'évolution fondamentale de l'agriculture italienne. La production d'énergie verte est une réponse importante aux exigences écologistes légitimes, qui réclament des politiques énergétiques respectueuses de l'environnement.

Biogaz

La vraie fierté de l'entreprise est représentée par une usine de production de biogaz à partir de déchets animaux et de la biomasse provenant de l'agriculture. L'usine vise à contribuer de manière substantielle à l'augmentation de la production d'énergie à partir de ressources renouvelables "propres", en réduisant la production d'énergie provenant de combustibles fossiles. L'installation de l'entreprise permet d'épargner à l'environnement l'émission de 4.000 tonnes / an de dioxyde de carbone grâce à la production d'environ 8.000.000 kWh / an.

Photovoltaïque

Le système, installé sur les toits des étables pour minimiser l'impact sur le paysage, est capable de générer environ 400.000 kWh / an, dont la moitié est utilisée par l'entreprise pour subvenir à ses besoins énergétiques. Considérant que, pour produire un kWh d'électricité, on emet dans l'air environ 0,536 kg de dioxyde de carbone (Source ISPRA 2010) et que la production d'électricité à partir de ressources renouvelables a un bilan de zéro émission, l'usine de l'entreprise permet d'épargner à l'environnement chaque année environ 200 tonnes de dioxyde de carbone.

Equipement phytosanitaire

A côté de l'installation de biogaz, la Marchesina a créé une zone humide d'environ 17 700 m², avec fonction phytosanitaire, pour la dépollution des eaux pluviales provenant des sols et des toits. La dépollution est un processus naturel qui se produit dans les zones humides où, grâce à des organismes animaux et des végétaux, a lieu un certain nombre de mécanismes de purification faisant appel à la physique, la chimie et la biologie.  Le sol constitue le support de la végétation et opère une action de filtration, tandis que la microfaune dégrade la portion organique, la transformant en nutriments disponibles pour les espèces végétales du système. La végétation des arbres, qui se compose principalement d'aulnes, accompagnés par des espèces aquatiques comme la quenouille et le roseau qui, à travers leur système racinaire, apporte de l'oxygène en profondeur, absorbe les nutriments dans le sol et réduit la quantité totale d'eau.  Dans cette zone, on trouve déjà des canards et des hérons qui font leur nid et au fil du temps, vont s'affirmer, de manière naturelle et spontanée, les essences d'arbres, d'arbustes et de plantes herbacées typiques des milieux humides. Le résultat sera un environnement unique pour la région et un sujet d'intérêt à destination des passionnés et des institutions scolaires.